Publications sur les réseaux sociaux : Faites de la rétention

Les réseaux sociaux, on le sait tous, sont pratiquement devenus incontournables et constituent un monde complètement intégré dans notre quotidien – enfin, pour beaucoup d’entre nous en tout cas. Pour autant, il faut quand même faire attention à ce qu’ils ne prennent pas le dessus sur la réalité. Lire la suite

Ma vie d’entrepreneur : La force du réseau

Dans le processus – de mise en marche – entrepreneurial, le réseau constitue sans aucun doute le Premier et plus grand FOURNISSEUR, aussi bien en terme de ressources que d’opportunités.

blickpixel / Pixabay
blickpixel / Pixabay

Lire la suite

La loi sur le mariage adoptée: Non messieurs, n’ayez pas peur…

La loi sur le mariage est aujourd’hui adoptée, avec 7 contre dont la député Yasmina Ouegnin (je veux bien avoir ses raisons) et 8 abstentions.

Du coup, ça repart!

« woooo on est foutu, la femme devient chef de famille maintenant! ».

Non, Messieurs. Nous ne voulons pas bénéficier du statut de chef de famille selon la conception que vous en avez.

Please, il est GRAND TEMPS qu’on prenne le temps d’expliquer les dessous de cette loi, les avantages pour les femmes ET les hommes.

La loi est faite pour les hommes, la religion pour DIEU. De plus, PERSONNE ne viendra vous dire comment gérer votre foyer (bis repetita). Si vous fonctionnez avec un chef, ce chef ne s’effacera certainement pas. Si vous n’en voyez pas l’utilité, vous saurez harmoniser la gestion de votre maison. Et puis, sans l’avouer, il existe bien des foyers où c’est la femme qui est le chef attitré, sans que l’homme ne s’en trouve émasculé.

Comme le dit Sanders: « si tu épouses une femme juste parce que tu veux être chef, alors tu n’y es pas encore ».

Pour ce qui est de partager les charges, je serais un homme, je ferai tout pour que ma femme ait un revenu correct, comme ça, on va lutter ensemble!

18 ou 21 ans, à quel âge voter?

Résultat d’une petite discussion sur le fil twitter #civnext , entièrement consacré à la récolte d’idées novatrices pour la Côte d’Ivoire, il revient qu’il est nécessaire d’éclairer les choses quand à l’âge légal du vote dans notre pays.

Dans un article sur son blog http://dansmacabeza.blogspot.com/, @iamstephanek met sur le tapis la « fragilité d’esprit » que la jeunesse ivoirienne a démontrée, suite aux différentes manipulations dont elle a fait l’objet de part et d’autre des partis politiques.

« Tout au long de ces longs mois de crise et des endoctrinements réussis par l’un ou l’autre camp, j’ai eu le temps de les écouter argumenter et défendre des positions. Au-delà des points de vue parfois limités, ces esprits en formation deviennent les plus rigides quand il s’agit de s’ouvrir à de nouveaux horizons. »

Pour moi, la question est beaucoup plus vaste qu’une simple habilité à pouvoir choisir par soi-même. Je pense que le problème est beaucoup plus profond, et résulte d’un manque d’implication de la jeunesse dans les domaines essentiels de la vie du pays, dans lesquels ils seront appelés à intervenir, si ce n’est déjà le cas.

Impliquer la jeunesse, ce n’est pas seulement leur donner une seule voix à travers une association estudiantine, qui, nous l’aurons vu, n’a pas su faire la part des choses et s’est finalement transformée en appui politique, après déchirures de ses leaders. Impliquer la jeunesse, c’est tout d’abord lui dire et lui montrer qu’elle a son mot à dire pour son propre avenir, puisqu’elle sera responsable de la gestion du pays et des générations qui suivront. Le système éducatif de la Côte d’Ivoire a le devoir d’intégrer des notions telles que le civisme, le développement, l’éthique … dans ses programmes. C’est même une obligation si nous voulons éviter de retomber dans des travers qui ont entraînés la situation actuelle. Chaque jeune devrait être capable d’analyser, le plus objectivement possible, les situations qui se présentent à lui, et d’en ressortir les conclusions nécessaires.

Impliquer la jeunesse, c’est lui montrer les voies de son avenir, et lui donner la possibilité de choisir celle qui lui convient le mieux, après en avoir analysé les avantages et conséquences.  Et je pense, que bien éduqué, et avec une bonne formation de base, à 18 ans, on est capable de savoir ce que l’on veut…

8 mars 2011, La femme célébrée dans le monde entier

Journée de revendication, jour de célébration, toutes les femmes du monde entier s’unissent pour porter haut et fort le flambeau de la lutte pour la reconnaissance de leurs droits. Son origine remonte au début du XXe siècle en Europe et aux Etats-Unis, mais elle fut officialisée en 1977, par les Nations Unis, marquant ainsi le désir de la structure internationale de voir tous les pays s’impliquer et célébrer simultanément une journée entièrement dédiée à la femme. Lire la suite

Unité Ivoirienne

Ca a du bon de partager et d’échanger. A l’instant où je rédige cet article, un compatriote et moi tentons d’expliquer à des amis d’origine congolaise et gabonaise, que la Côte d’Ivoire est une terre exceptionnelle, dont les habitants ont su faire fi de leurs spécificités culturelles au point de se mélanger, à un tel degré qu’il est pratiquement impossible de différencier tel ou tel groupe ethnique à vue d’oeil.

Tout est parti d’une plaisanterie toute simple sur la « beauté » des filles d’Afrique centrale, qui permettrait de déterminer aisément leur origine. De fil en aiguille, de comparaison en comparaison, fiers ivoiriens que nous sommes, nous n’avons pas résisté à la tentation de faire étalage de la diversité culturelle ivoirienne. Il est vrai qu’avec 60 ethnies, constituant plusieurs groupes, nous aurions pu conserver nos spécificités dans chacun d’entre eux. Pourtant, nous avons su nous « mélanger » au gré des flux migratoires d’est en ouest, du nord vers le sud, de telle manière que même si les grands groupes se repèrent dans des zones ciblées, chaque ethnie a trouvé sa place dans la ville de l’autre, épousant la culture de l’autre, sans pour autant en oublier la sienne. Et cela, c’est LA RICHESSE de la Côte d’Ivoire, c’est ce qui a toujours fait sa force: une mixité incroyable qui a su faire de chacun de ses enfants un frère pour l’autre, peu importe d’où il vient. Comment est né le NOUCHI, notre « langue nationale »? Je dirais d’un besoin de se comprendre, mais surtout de se créer un langage commun qui bannit toute différence entre nous. C’est pourquoi cet argot tire son vocabulaire de toutes les langues nationales et mêmes étrangères: français, anglais, peut-être même le chinois si l’on fouille bien… C’est là, la preuve que nous nous aimons, que nous aimons notre pays.

Comment se fait-il que nous ayions pu oublier cela, devenir des ennemis, et laisser la politique nous liguer les uns contre les autres? Il est grand temps de reprendre en mains les rennes de notre destinée commune, car personne ne doit arriver à nous catégoriser et nous cantonner dans un clan, au fil de sa volonté personnelle de diriger un pays qu’il ne mérite pas au fond, s’il doit créer la division.

Elections Ivoiriennes, ou la Twitmania…

Ces élections ivoiriennes ont révélés de réels talents de paroliers, poètes, philosophes sur le réseau social Twitter. Non seulement, les ivoiriens se sont inscrits par dizaines afin de suivre en direct toutes les informations, mais aussi et surtout pour s’exprimer librement. Cependant, certains d’entre eux se laissent aller au fanatisme, et le langage a vite fait de tourner au pugilat. Mais fort heureusement, certains esprits éclairés (dont @macmady ;-)) n’hésitent pas à ramener les utilisateurs du hastag #civ2010 à la raison… Eh oui, nous tenons à assurer un débat intellectuel et avisé…

Bref, merci à ces élections, car nous avons désormais de nombreux talents sur lesquels nous pouvons compter pour assurer la vie sociale de la Côte d’Ivoire.

Quant à moi, je n’hésite pas à en profiter pour passer des messages…