Mon TWA et sa routine du mois.

Ce n’est pas parce que c’est un TWA* qu’on ne fait pas de Soin ! Qu’ils soient longs ou courts, vos cheveux auront toujours besoin que vous leur accordiez un minimum d’attention.

Ma routine actuelle est très axée hydratation, parce que c’est l’un des plus gros défis des cheveux crépus. Je me conditionne pour adopter dès maintenant une bonne habitude que je dois conserver sur le long terme. En quelques points :

– hydrater et nourrir : humidification + crème et/ou huile chaque soir au coucher ET foulard satin/soie pour conserver toute l’eau apportée.

J’utilise le spray, le lait hydratant et l’huile de la gamme Evolve by Nanou Sassou, « Hair Doctor » à l’honneur lors du premier beauty brunch des Nappys de Babi.Quand j’ai envie de faire simple, c’est du beurre de Karité. 

– vu que c’est court, je lave presque tous les jours (c’est trop chic!) : soit shampoing directement au savon noir ou avec un shampoo 2 en 1. 

En ce moment, je teste le nouveau Low Shampoo Garnier Ultra Doux Avocat Karité, nouvelle formule mieux adaptée à nos spécificités du sud.
Soit j’opte pour un soin profond + shampoo. Dans mon bac, le merveilleux soin de Bissa’a, une marque que vous découvrirez très prochainement dans la Kauribox, ainsi que le duo Shampoo-Conditionner Evolve.

Et vous, quelle est votre routine actuelle ?

*TWA: afro très court.

Publicités

Court ou long, restez vous-même! 

Bam ! Un vrai saut dans le passé. Comme la première fois, sur un coup de tête, j’ai tout coupé.

Je me rappelle, janvier 2011, la coiffeuse a eu la même réaction :

– En tout cas moi je coupe pas tout cheveu ça là !

Aie ! Ce sont seulement des cheveux ! Il faut couper là-bas! 

Même si je suis sur liste rouge – ils sont nombreux à ne pas être contents, je vous assure -, je me sens bien. Bien, tout simplement, parce que ce geste n’a rien de particulier. Une envie est passée, je l’ai satisfaite. 

C’est exactement ce que vous devriez faire : satisfaire vos envies !

On ne ressent pas toujours ce petit truc qui vous picote, vous titille les méninges. Mais quand ça arrive, il n’y a pas 36 solutions. Laissez-vous faire. C’est peut-être un besoin de changement, une remise en cause. Ce n’est peut-être qu’une simple transition vers un meilleur vous. Vous empêchez ce meilleur de se manifester et de vous apporter tout le bonheur qu’il convoie. 

Pour moi, ça a été les cheveux. Après près de 6 ans de « crépitude », il fallait que je les enlève.

Les retirer pour mieux les voir repousser. Prendre le temps de savourer. La fameuse phrase « c’est parce que tu en as que tu les coupes » me fait toujours rire, parce que les gos avec les vrais cheveux sont dans la ville, laissez mes mougou-mougou là 😁. C’est sûr que mes tripatouillages vont me manquer, mais le court me donne envie d’être plus jolie, plus soignée. Qui sait, ça va peut-être jouer sur moi et ENFIN me pousser à faire un peu de zèle stylistique – ça n’a pas marché la première fois oh !
Couper et regarder repousser, c’est aussi un bon moyen de vérifier que j’ai acquis de bons gestes tout au long de ces années. Si tel est le cas, il devrait être aisé de les mettre en application pour un résultat encore meilleur que celui auparavant. Pourquoi ne pas en faire un défi ? Voilà une bonne raison ! Relançons la machine, et voyons ce que ça donnera. 

Bref, j’ai tout coupé, et je me sens BIEN !