RAL, Mascara, Bijoux… Découvrez Imane Beauty

12728806_1087734701247617_3702577047813829472_nD’abord parce que ses produits sont de qualité, mais surtout parce que la personne derrière est une véritable battante, je ne pourrais m’empêcher de parler de la marque Imane Beauty.Awa S-D (qui se dévoile dans cette interview sur le site Afrique Femme) ne s’est pas contentée de créer une énième marque, mais elle a surtout relevé le défi de CRÉER dans un pays qu’elle ne connaissait pas, dont elle ne parlait pas la langue, dans lequel elle n’avait aucun repère. Malgré tout, elle a réussi à asseoir un marché local, et s’est exportée vers le continent Africain. Une fierté africaine, que dis-je, Ivoirienne ! Lire la suite

UA-CPI: Passeport vers… l’infini?

Pas touche à nos PRs. Ils travaillent.
Ils volent, mais ils travaillent quand même.
Quand ils sont au travail, on ne les dérange pas.
Même s’ils tuent, vendent tous nos biens, on ne touche pas.
D’ailleurs, comme vous menacez, tant qu’ils travaillent, vous ne pourrez pas les toucher.
Et comme ils travaillent à vie, et bien plus jamais vous ne toucherez à leurs cheveux.
President à vie, point de CPI.

Et puis quoi encore?
On n’est pas dans la merde, avec vous… Africa Yako.

#kpakpatoya

Macmady – Posted from WordPress for BlackBerry.

Kameroun Fried Chicken

Que quelqu’un m’explique!

J’aime particulièrement le commentaire accompagnant la photo:

« Même le visage a changé. Ça doit etre Petit Pays, même s’il ressemble a Pitt Baccardi »

Moi je dis que le seul vrai risque, c’est que le Vrai KFC vienne s’installer dans le pays…

Posted from WordPress for BlackBerry.

L’Afrique a ses premières certifications AOC

Pouvoir certifier certains de nos produits revient à reconnaître, puis promouvoir les excellentes cultures et productions dont regorgent nos contrées.

Ces premières certifications sont source de fierté, mais il reste beaucoup à faire.

Lire l’article d’Aurélie Ganga: AOC à l’africaine – Africa Challenge.

Toi, qu’est-ce que tu fais pour toi-même?

Can you feel the disappointment?

Déception… Colère… Tout ça contre une personne sur laquelle certains comptaient pour faire évoluer leurs pays. Il est président des USA, pas de l’Afrique, qui je vous le rappelle, n’est pas un pays, mais un « continent », et donc un ensemble de pays, avec un chef d’état à la tête de chacun d’entre eux. Pourquoi voulez-vous que quelqu’un se concentre sur vos pays, quand le sien a ses propres problèmes? Que fait votre propre président? Il travaille pour les USA, lui? Non. Alors, redressez la barre et réglez la machine.

Act for your country

Deux articles plus tôt, j’en parlais. Bougez-vous, agissez, réagissez. Il n’y a aucune malédiction sur l’Afrique. S’il y en avait, il n’y aurait pas de Silicon Valley au Kenya, de Nollywood au Nigéria, pour ne prendre que des exemples terre à terre. Notre développement, et partant, notre bonheur dépend à 90% de nous, de nos choix, nos décisions, nos actions… Pour rappel, Barack Obama vient du ghetto, abandonné par son père.  Il aurait pu sombrer, mais il a choisit de tenir tête au destin qu’on lui avait projeté, et le voilà réélu. Arrêtons donc de nous trouver des arguments sans valeur, et décidons.

Un ami vient de me dire que parler du pays, c’est même aller trop loin. Q’est-ce  que tu fais pour toi?

Act for yourself

Sortons de cette position d’éternels assistés dans laquelle nous nous complaisons. Ne comptons plus sur le président avec nos nombreux groupes de soutien et fan-clubs. Ne compte pas sur la famille, les grands frères pour subvenir à tous tes besoins. C’est vrai qu’on a souvent besoin d’un coup de pouce, mais coup de pouce ne signifie pas « donne-moi tout ». Move! Une idée? Formalise-là. Un projet? Trouve tes partenaires. Il y a tant de choses à faire… Prenons des initiatives.

Bouge!

YES YOU CAN

The Africa Day, to be or not to be?

L’Afrique, continent de toute beauté et de tous les espoirs…

La date du 25 mai a été décrétée Journée Mondiale de l’Afrique. Une célébration qui ne semble pas faire l’unanimité. J’ai donc tenté de sonder mes amis, et voici ce qu’il en ressort.

Les avis sont partagés en deux clans très distincts. D’un côté, le refus catégorique de cette « mascarade » qui ne servirait qu’à enfoncer encore plus un continent déjà en pleine recherche de son indépendance. Abdel est au bord de la crise de nerf:

« Noooooon et non tout simplement. Je considère cela comme une sorte d’hypocrisie sociale et de la pure discrimination. Je n’ai jamais entendu parler de la journée internationale de l’Europe ou d’un autre continent, on n’a besoin de personne pr nous mettre en valeur point barre. AFRICA ONE NATION. »

Quand Jean-Marc refuse de se faire infantiliser, Baki rejette l’idée d’une journée pour pleurnicher.

Pour G., en revanche la vraie question qui se pose est « à quoi sert-elle ? ».

Revenons donc sur l’essence même de cette journée. Selon le site Journée-Mondiale.com, le 25 mai célèbre l’anniversaire de la signature des accords de l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine), à cette même date en 1963. « C’est l’occasion pour chaque pays d’organiser des événements dans le but de favoriser le rapprochement entre les peuples africains. Cette journée (déclarée fériée sur l’ensemble des états membres de l’OUA) est aujourd’hui devenue une tradition fortement enracinée dans l’ensemble des pays africains, et elle représente le symbole du combat de tout le continent africain pour la libération, le développement et le progrès économique« .

Ainsi, l’objectif clairement établi est donc de créer les connexions entre les différents peuples du continent dans un souci d’épanouissement collectif. Malheureusement, cette vision n’est pas vulgarisée, d’où cette antipathie détectée… A moins que ce ne soit que du côté francophone. A juste titre, la bloggeuse Maybach Carter a relevé que le hastag twitter #Africaday dédié à l’occasion n’était alimenté en majorité que par des anglophones, avec quelques rares apparitions de tweets en français. Serait-ce sensé d’en déduire que les pays anglophones y prêtent plus d’attention? Pour ma part, j’ai remarqué que certains tweets provenaient de francophones, sans doute ayant opté pour la langue de Shakespeare pour une plus grande visibilité. En tout cas, les messages étaient plus que positifs (l’autre clan). Relatant la beauté du continent, son développement économique avec l’exemple de pays à l’appui, c’était plus une ode à l’amour qu’une complainte. Ce tweet de la Fondation Nelson Mandela  a été partagé 619 fois:

« Africa has what it takes to make her dream of revival come true ».

Dommage donc que le relais n’ait pas été pris par les gouvernements, pour en faire une vraie « Célébration » du continent. L’occasion nous était donnée de démontrer qu’en tant qu’Africains, nous n’envions pas grand chose aux autres continents, même si tout n’est pas parfait. Nous aurions pu en profiter pour tenter de faire oublier, pour une journée, tous ces fléaux qui plombent le quotidien de millions d’habitants, pénurie d’eau potable, famine, endettement, maladies…

Sénégal: La révolution guette

Je m’endors avec une pensée pour le Sénégal… Révolutionnons, mais ne détruisons pas tout pour nous faire entendre de nos dirigeants accrochés aux pouvoir. L’histoire, pas si lointaine, nous a montré que la reconstruction et le rétablissement des normes n’était pas si facile qu’on le croit. Néanmoins, votre combat reste plus que légal.

Je suis noire, donc je suis…

Quelle appréciation de nous-même avons-nous en tant que noirs? Nous sentons-nous différents, moins valeureux, moins travailleurs ? La plupart d’entre vous répondront NON.

Alors, autre question: sommes-nous suffisamment conscients de notre valeur? En faisons-nous la promotion?

Une petite vidéo avant de continuer:

http://www.facebook.com/video/video.php?v=224957130853742&oid=146800245359641&comments

Pourquoi une poupée noire paraît plus méchante, moins belle que la poupée blanche? Pourtant il n’y a de différence que la couleur de la peau. Parce que la société le dit, tout simplement.

Les médias le disent, les hommes politiques en font leur ligne directive quand ils partent en campagne: le Noir, c’est moche, c’est méchant, ça ne travaille pas – merde à Jean-Paul Guerlain en passant -, ça se bat à tout bout de champ, bref, le Noir, c’est Nul.

Qu’est-ce que nous faisons en réponse? On monte les drapeaux, SOS Racisme, quelques journalistes qui répondent, et voilà, on va en guerre contre le racisme, encore et toujours. Mais ça ne change pas grand chose, petite accalmie, et hop, on repart sur les chapeaux de roue dès qu’un illuminé nous sort un petit discours à peine controversé.

Pourtant, les jeunes générations se sentent toujours à l’écart, inférieures presque, quand elles se comparent à leurs contemporains à la peau blanche. Nous sommes-nous déjà demandé quelle était notre part de responsabilité dans cet état d’esprit? A l’image de cette vidéo, comment peut-on expliquer que ces mêmes enfants, qui s’identifient à la poupée noire, la considèrent quand même comme la plus « repoussante », en étant légèrement « effrayés » de savoir qu’elle leur ressemblait pourtant…

La réponse pour moi est simple. Nous ne nous aimons pas. Eh oui, nous ne nous aimons pas assez pour acheter des poupées noires à nos enfants, plutôt qu’une « belle barbie toute blonde ». Nous ne nous aimons pas assez pour lire aux touts-petits l’histoire de Kimbo, Kirikou ou de n’importe quelle histoire d’enfant ou de héros noir, mais il faut nous voir nous empresser de leur rapporter toutes les versions de Blanche-Neige, Cendrillon, et j’en passe… Comment voulez-vous que ces enfants s’identifient à des gens qu’ils ne connaissent pas? Difficile… C’est bien de copier, mais ne négligeons pas l’impact que cela pourrait avoir sur le futur de tout un chacun. Toutes les sociétés que nous envions ont mis du temps à se construire, et ces héros enfantins représentent chacun un moment de leur évolution, qui n’est en aucun cas le nôtre. Comme le dit si bien une amie, « le développement de l’Afrique passe par le refus du superficiel, de la facilité et de la copie conforme des sociétés occidentales. Il faut arrêter de se sous-estimer, et apprendre à nous connaître ».

Tout est dit…