Oser.

L’année 2019 est enfin finie ! (Oui, si vous ne le saviez pas, janvier est le dernier mois de l’année, même s’il n’est pas déclaré comme tel. Ne vous y trompez pas.)

Je disais donc, 2020 peut maintenant commencer, et je voudrais vous souhaiter d’avoir une succession de mois prolifiques, pleins de santé et de bonheur, et de bénédictions divines.

Je pourrais faire une liste de résolutions que je ne tiendrai sûrement pas, mais changeons de tactique. Cette fois, je préfère consacrer cette nouvelle décennie sous le sceau de l’Audace.

Oser. Oser faire les choses. Demander, partager, avancer. Ce sera le mot clé qui, je l’espère, prendra le lead sur mes prochains défis – personnels et professionnels. J’ose changer, pour devenir la version que j’ai envie d’admirer demain.

Osons.

#SonHomme

Elle lut la notification du nouveau message reçu par son homme. On pouvait y lire : “C’était très bon, tout à l’heure. Merci pour ce délicieux moment”. »

Quinze. Quinze années durant lesquelles elle lui avait tout donné. Son intérêt, puis son amour. Sa présence, puis son assistance. Elle lui aurait même donné la lune, s’il lui était possible de voler une navette spatiale. Qu’est-ce qu’elle avait pu en récolter ? Du mépris. La porte de la chambre qui s’ouvrait la fit sursauter, Diane s’empressa de remettre le téléphone à sa place et s’intéressa faussement à son magazine. Dix fois qu’elle lisait le même article sans pouvoir retenir une seule phrase. Elle s’attendait à passer un sale quart d’heure, comme tous les soirs où il daignait rentrer chez eux. Sans adresser un seul mot à son épouse, Daniel s’affala dans le canapé velouté, saisissant au passage télécommande et smartphone. Un rapide coup d’œil à l’écran qu’il effleura du pouce, puis un sourire en coin qu’il n’essayait même pas de camoufler. « Ce moment a vraiment dû être fabuleux, il a même mis son eau de toilette préférée », se dit Diane, les yeux toujours rivés sur cet article sans intérêt. Elle avait appris à espionner son époux sans se faire remarquer.

Foutaise ! Toute la vie de Diane rimait avec ce mot : foutaise. Depuis cette satanée soirée de la Saint Sylvestre, elle n’a fait que s’interroger, tous les jours, toutes les heures. C’était donc ça, la mission d’une femme ? Subir toutes les humiliations et le mépris de celui qui était censé être le compagnon de sa vie ?

Diane se leva et entreprit de mettre la table. Ça ne servirait peut-être à rien, une fois de plus. Elle n’avait même pas souvenir de la dernière fois où il avait mangé dans cette maison. Elle s’entêtait à toujours préparer pour deux. Si sa cuisine ne l’intéressait plus, elle était une bénédiction pour les gardiens de la cité. Ce soir particulièrement, elle avait voulu lui faire plaisir et avait fait appel à Lucie, sa meilleure amie, pour lui concocter son plat préféré : du placali accompagné d’une sauce à base de gombo et de graines de palme. Ça avait l’air de marcher ; Daniel tourna la tête vers elle lorsque Diane découvrit les plats. Le fumet de la viande « de brousse » qui s’échappait lui chatouillait le nez. « C’est prêt, tu peux passer à table »

Sans lui répondre, il se leva péniblement du canapé et, en quelques enjambées, s’installa devant une assiette creuse copieusement garnie. Il se lavait déjà les mains. Lorsqu’elle l’avait rencontré, rien chez Daniel n’indiquait cette schizophrénie. Parce que c’était forcément cela. Rien d’autre ne pouvait expliquer cette multitude de personnalités qui habitaient son cerveau et la multitude d’actions contradictoires qui en résultaient. Qui pouvait passer d’un mari aimant à un inconnu arrogant en quelques secondes, sans être possédé ?

Diane observait son étranger de mari dévorer goulument le plat épicé. Si seulement il avait fait preuve de compassion, ne serait-ce qu’une seule fois. Mais non, Daniel ne s’était pas senti coupable lorsqu’elle fût transportée d’urgence à l’hôpital, saignant abondamment alors qu’elle portait depuis sept mois le seul enfant qu’ils aient pu concevoir. Il n’avait même pas jugé nécessaire de s’y rendre alors qu’elle était forcée d’expulser ce bébé déjà sans vie, avant même d’être né. Dix ans d’essais naturels, de visites en cliniques spécialisées, de potions traditionnelles, sans avoir une seule fois pu ressentir en elle la présence d’un petit être qui viendrait sceller à jamais leur union. Il a fallu une seconde pour tout détruire. Diane n’avait pas supporté ; découvrir que les deux personnes les plus importantes de sa vie s’aimaient de la plus traite des manières avait déclenché des contractions, des complications avaient suivi.

Daniel se léchait maintenant les doigts ; c’est vrai que Lucie était une excellente cuisinière, c’est d’ailleurs ce qui faisait la réputation de son restaurant. Et il y avait fort à parier que son infidèle de mari avait reconnu la patte de son amante. Le malheur ne vient jamais de loin, il provient toujours de votre plus grande faiblesse. Lucie le lui avait prouvé. Diane s’était jurée de le lui faire payer.

Six mois qu’elle faisait semblant de ne rien savoir de leurs week-ends. Chaque fois que Daniel partait en mission, Lucie avait subitement une visite familiale à effectuer. Cent quatre-vingt-deux jours à les imaginer enlacés. Quatre mille trois cent soixante-huit heures à se demander comment se venger. Le moment était arrivé.

Le jeu pouvait commencer.

#macmady

Playce Fashion Week : cheveux et soins à l’honneur

La semaine dernière, l’équipe Kun’si participait à la Playce Fashion Week, aux côtés de Dark & Lovely Afrique.

Ce fut l’occasion de faire (re)découvrir la gamme de produits « Au Naturale », spécialement étudiée pour le soin des cheveux naturels et développée par Dark & Lovely.

Ce fut également un excellent moyen de se rapprocher de la cible principale de Kun’si, et de répertorier les attentes d’une clientèle exigeante.

Au total, près de 150 soins ont été effectués en 5 jours sur tous les profils de clients possibles.
L’expérience fut absolument intéressante, et toute la Team Kun’si est heureuse d’avoir pu y participer en tant que partenaire de L’Oréal.

Les résolutions, on en parle ?

Prendrez-vous des résolutions pour 2019 ?

Etes-vous du genre à prendre des résolutions pour la nouvelle année ? Du genre : « en 2019, je boirai moins de boissons gazeuses » ou encore « l’an prochain, je verrai mes amis plus souvent », ou des choses plus sérieuses comme « je trouve un nouveau boulot », des trucs comme ça ?

Lire la suite

Kun’si lance les activités du Club Privilège

Presque 5 mois après le démarrage, les choses bougent chez Kun’si 🙂

Le centre capillaire a dernièrement lancé ses offres d’abonnement soins, qui représentent près de 50% de ses prestations. Kun’si démarre également les activités de son Club Privilège avec une carte qui donnera un accès à de nombreux avantages : Lire la suite

Faire le bilan.

Les fins de semaine sont généralement « heureuses », on appréhende le week-end avec joie. La perspective de se reposer, de passer du temps à faire des choses qu’on apprécie, en compagnie de gens qu’on aime, fait du bien.
 
C’est aussi le moment de faire un petit bilan.

Lire la suite

Kun’si, pour la beauté capillaire : Bienvenue chez vous !

Cela fait exactement un mois que le premier établissement Kun’si a officiellement ouvert ses portes. Vous savez ce que c’est ? Une future chaîne de centres de soin et d’entretien du cheveu naturel.

Logo Kun'si

Pourquoi avoir créé Kun’si ? En vérité, c’est un projet qui date d’au moins 5 ans.  Lire la suite

NSIA acquiert des Diamants

C’est officiel et définitif, le groupe NSIA a finalisé l’opération de rachat de Diamond Bank SA (Benin, Côte d’Ivoire, Sénégal et Togo). Une opération qui permet au groupe de développer rapidement son réseau bancaire en Afrique de l’Ouest.  Lire la suite

Entrepreneuriat : (s’)encourager pour surmonter les doutes

Est-ce qu’il est possible d’exprimer tout ce qu’on ressent, lorsqu’on voit les prémices de son projet pointer du nez ?

Un concept qui prend forme, c’est beaucoup de choses en même temps. Lire la suite

Body & Hair Chronicles : tomber le masque, et affirmer sa beauté.

Une ode à l’amour de soi, c’est ainsi que je pourrais décrire le spectacle BODY & HAIR CHRONICLES par Body Acceptance. Lire la suite

Geo Wash, vous connaissez ?

Une chose que je vais avouer avec – juste un peu – honte, c’est que la pauvre petite voiture que je conduis est un vrai bazar quelquefois (aujourd’hui ça va, promis). A force d’être dans tout et rien, on y retrouve pêle-mêle chaussures (passer des escarpins aux sandales, c’est vital !), documents, tickets de caisse, etc. Vraiment, la choupette souffre de temps en temps. Lire la suite

Nettoyez, c’est libérateur !

J’avoue que nous sommes souvent – très souvent ! – coupables des désagréments et mauvaises situations que nous vivons quotidiennement.

Au fil du temps, je comprends que c’est parce que nous entretenons un environnement qui n’est pas forcément bienveillant à notre encontre. Bien qu’on se sente oppressé, envahi, et que sais-je d’autre, il nous est difficile de changer les conditions dans lesquelles nous nous trouvons ! Et pourtant, il n’y a qu’une seule bonne chose à faire : NETTOYER. Lire la suite