Malick, les pétards et les morts: illustration d’une impunité chronique

A-t-on suffisamment de faits divers quotidiens qui démontrent de la fragilité, ou plutôt de l’absence de mesures sévères, justes envers tous ceux qui n’ont aucun respect des règles ?

Malick Fall, pauvre victime d’une non-maîtrise de soi. Au soir du réveillon de Noël, il reçoit des balles de calibre 12. Jusque là, personne ne sait exactement ce qu’il s’est passé.

Le soir de Noël, c’est une femme qui voit sa famille anéantie parce qu’un chauffard n’a pas pu attendre 30 secondes au feu rouge.

C’est tout pareil, à moindre échelle certainement, mais ces pétards qui signalent la fin de l’année à coups de bruits rappelant une période peu joyeuse, ils ont bien été interdits, n’est-ce pas ?

Ce magistrat sera-t-il seulement mis en examen ? Ce chauffard meurtrier, retrouvé ? Qui importe ces pétards qui détonnent derrière nos fenêtres sans aucun empêchement ?

Encore une fois, c’est pareil. Les choses se passent, Et puis y a rien.

Circulez.

Pauvres ivoiriens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s