La vie dans l’au-delà contre celle ici-bas?

A l’approche du Ramadan, je me remet toujours autant en question. Et ma plus grande crainte reste ce qui m’attend après ma mort.

Depuis toute petite – à 5 ans -, j’ai exprimé cette peur de la disparition définitive. Savais-je vraiment ce que cela signifiait? Il n’empêche que ce reportage sur la guerre au journal télévisé, la vue du sang, des cadavres m’a fait un choc, et j’ai déclaré le plus sérieusement du monde: « Je ne veux pas mourir ». J’ai encore souvenir de ma mère qui s’est mise à pleurer devant la gravité de ma phrase.

Au fur et à mesure que je grandissais, cette peur ne m’a pas quittée. Je dirai même que plus je m’ancre dans ma religion, et plus je prend conscience des actes que j’ai pu poser et dont j’aurai à répondre devant le Créateur. Mes nuits de prières, ces chapelets, ces versets récités au coucher auront-ils été suffisants pour démontrer que je me suis repentie? On a beau savoir que Dieu est Miséricordieux, il est difficile de croire que tout sera effacé aussi facilement. Alors on prie, on demande pardon, encore et encore, tant qu’on a la possibilité de le faire, avant qu’il ne soit trop tard.

La vie sur terre est un nid à pièges, pour celui qui se laisse envahir par le besoin de vivre le plus aisément possible. Et pourtant, il suffit de pas grand chose pour bien vivre. Combien d’exemples nous ont démontré qu’un riche au luxe insolent avait plus à envier au pauvre qu’il voyait trimer au jour le jour? Tout simplement parce que le bonheur se résume à peu de choses, et elles n’ont rien de pécunier. L’amitié, la famille, l’amour, le partage, mais surtout la bonté donnent le bonheur absolu. Je raisonne comme une éprise de paix universelle peut-être, mais j’y crois. Pour ma part, j’essaie donc d’agir en conséquence et je privilégie la sincérité dans mes actes au quotidien.

Nos pensées, nos agissements détermineront notre vie après la mort. Pensez-y, quand demain vous aurez à choisir entre le bien et le mal.

Posted from WordPress for BlackBerry.

2 réflexions au sujet de « La vie dans l’au-delà contre celle ici-bas? »

  1. Je te sens sincère dans ta foi en Dieu.Pour moi,personnellement:Il y a deux catégories de croyants:ceux qui servent Dieu et ceux qui se servent de Dieu.Certains prétendent croire en Dieu mais s’adonnent a des actes immoraux.On peut tricher,mentir à tout le Monde sauf à Dieu.Ces personnes pensent sans doute que croire en Dieu est un GAGE de MORALITE.Il n’en ait rien.C’est dans les actes de vie quotidienne que chacun démontre son AMOUR INCONDITIONNEL à Dieu.Qui ira au Paradis,qui ira en Enfer?seul Dieu décide du sort de chaque individu sur cette terre.Un etre humain a une durée de vie limité à chacun d’en prendre conscience pour se rendre le plus utile à sa communauté d’origine. L’amitié,la famille,l’amour,le partage que tu cites,je rajoute le don de soi.A condition bien sure qu’il y ait une réciprocité lorsqu’on se dévoue pour les autres qui en ont besoin.Toutes ces belles valeurs ont-ils encore un sens aujourd’hui ou le matériel a pris le dessus?Que vaut concrètement vraiment une vie sans spiritualité?J’essaie toujours d’etre honnete dans ma relation à Dieu.Tout le monde devrait confesser un jour ses péchés puisque nous ne sommes que de pauvres pecheurs qui commettent des erreurs humaines,le pardon de Dieu

    1. De ceux qui se servent de Dieu, les pires sont ceux qui sont supposés transmettre sa parole et guider les croyants, ces Imams, Prêtres, Pasteurs qui mystifient la religion pour en faire un moyen de pression, ou qui sont eux-mêmes des modèles de depravation…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s