Comment en arrive-t-on là?

Peut-on vivre dans la peur que son voisin décide de prendre les armes contre soi, parce qu’il se sera laisser berner par un discours politique irresponsable à l’égard de la nature humaine?

10 ans plus tard, nous revenons au point de départ. Des milices armées, des attaques ciblées, des affrontements, des enlèvements. Il n’est plus un jour sans que des faits que je qualifie d’odieux ne soient dénoncés. Comment avons-nous pu retomber si bas?

Il ne s’agit plus de soutenir un camp, mais plutôt de veiller au respect des droits humains et à la sécurité de la population. Si l’on est plus capable de dormir sereinement sous son propre toit, cela va sans dire que la situation a atteint des limites excessivement dangereuses. On ne parle plus là de pouvoir, ni même de légitimité. Il s’agit plutôt de protection. Au nom de qui peut-on s’attaquer à nos semblables? Un parti politique definit-il la relation entre les habitants d’un pays? Un conflit électoral peut-il expliquer des affrontements mortels entre militants devenus si fanatiques qu’ils ne font plus de différence entre défendre une idéologie et tomber dans la tourmente d’une vindicte à l’encontre de ceux qu’ils considèrent, non plus comme des adversaires, mais plutôt comme des ennemis?

J’accuse ces responsables politiques. Vous n’avez à faire subir au peuple de telles obscénités. Nous ne sommes pas là pour satisfaire vos griefs. C’est plutôt vous les porte-paroles de nos idées, de notre volonté. N’abusez pas de ce pouvoir que nous vous avons prêté en nous liguant les uns contre les autres, car nous sommes condamnés à vivre ENSEMBLE dans ce pays, qui nous appartient à tous. Si vous n’êtes plus à même d’assumer vos responsabilités, nous vous en serons gré de bien vouloir vous en libérer et de remettre votre pouvoir entre les mains des vrais propriétaires: le PEUPLE. Aucun dirigeant ne mérite qu’on se sacrifie pour lui, il est grand temps que ce message soit clarifié et répandu, si nous voulons à tout prix éviter une guerre civile qui n’aura d’autre effet que d’enfoncer un pays qui ne demande qu’à sortir du trou dans lequel il est plongé depuis si longtemps.

Une réflexion au sujet de « Comment en arrive-t-on là? »

  1. D’accord avec toi.
    La Côte d’Ivoire n’a vraiment absolument pas besoin d’une nouvelle guerre civile qui va enfoncer le pays dans le marasme et les massacres d’innocents.
    A mon avis, je crois qu’il faut sans doute penser à une troisième voie pour tanter un nouveau consencus dans la recherche de la réconciliation nationale et de la paix.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s