Qui gouvernera la Côte d’Ivoire?

Impasse, c’est bien le mot qui convient à la situation politique ivoirienne. Deux présidents, soutenus chacun par une frange importante de la population. L’un reconnu par la communauté internationale, l’autre dénonçant une ingérence de cette dernière dans les affaires souveraines de son pays.

Comment nous nous en sortirons? Loin d’être une fanatique, ni même d’appartenir à l’un des deux camps, je tente de sortir la tête du flux d’informations -ou de désinformation – qui alimente le fil #civ2010 de twitter, principal canal sur les réseaux sociaux sur lequel les militants des deux camps échangent arguments, articles de loi, et même injures, tandis que les partisans de la « Paix à tout prix » tentent de calmer les esprits échauffés.

J’aimerais que nous analysions les véritables enjeux de cette sortie de crise. L’un des deux présidents sera-t-il réellement à même de diriger la Côte d’Ivoire?

Le président sortant Laurent Gbagbo est à la tête du pays depuis une décennie; le « candidat du peuple » a su afficher un visage déterminé face à la rébellion de 2002 et rassembler autour de lui. Fin politicien, il s’est maintenu jusqu’à l’organisation des élections sensées sortir la Côte d’Ivoire de la crise qu’elle subit depuis le coup d’état de 1999. Sera-t-il à même de reprendre efficacement les rennes du pays si le dénouement de la situation actuelle lui est favorable, sachant que les supporters de Alassane Ouattara ne semblent pas prêts à lui laisser le fauteuil présidentiel. Mais au-delà du peuple, n’oublions pas que l’influence internationale a son importance à tous les niveaux de fonctionnement du pays (économique, politique, etc.), et compte tenu de leur prise de position ferme pour Alassane Ouattara, il pourrait s’en suivre une forme de blocus à l’encontre d’un pays qui souffre déjà énormément.

Quand à l’ex-Premier Ministre, il a réussi à acquérir à sa cause le nord du pays, qui est aussi sous contrôle de l’ex-rebellion, ce qui lui vaut d’ailleurs très souvent de lui être associé – à tort ou à raison? -, mais aussi une partie de l’électorat fidèle au PDCI-RDA, parti historique. Même s’il est reconnu par la communauté internationale à l’issue des élections du 28 novembre, il n’est pas établi qu’il lui sera aisé de gouverner si la situation tourne en sa faveur. Autant que ses partisans, ceux fidèles au président sortant affichent une détermination tout aussi hostile à son encontre quant à prendre la tête du pays.

Sortir de cette crise implique de trouver un compromis entre ces deux « clans », victimes chacune de pertes autant matérielles qu’humaines, mais surtout de mettre au devant de tout l’intérêt de la population ivoirienne dans son intégralité, en prenant soin de rétablir la cohésion qui longtemps a constitué le socle de sa prospérité. La solution militaire est-elle la meilleure? N’existe-t-il pas un réel risque de replonger dans un affrontement civil, qui ne fera que prolonger un état de crise que nous cherchons tous à faire disparaître?

De quelles autres alternatives disposons-nous? Une présidence partagée? Dans quelles conditions? Diviser le mandat en 2, l’un gouvernant après l’autre n’est pas pour moi une solution, car elle ne règle en rien le problème d’un dirigeant légitime et effectivement installé par l’ensemble de la population.

Observons autour de nous. Plusieurs pays sont déjà passés par des situations similaires. Pourrait-on proposer, si l’on prend exemple sur le Kenya, 2 vice-présidents, et un Premier ministre qui aurait tous les pouvoirs? Encore faudrait-il que ce dernier soit nommé de façon unanime…

Je suis cependant ravie de constater, au vu de son intervention ce matin sur RFI, que Alassane Ouattara privilégie le dialogue à l’intervention militaire, qui à mon sens, ne ferait qu’aggraver une situation déjà chaotique.

7 réflexions au sujet de « Qui gouvernera la Côte d’Ivoire? »

  1. Bonne analyse, mais je pense que vous avez oublié l´aspect ethnique de la crise, qui s´est accentué durant ces elections.

  2. Le gros problème chère Macmady c’est que nous devons nous habituer à cette idée d’alternance. Le jour où nous comprendrons que 5 ans, ce n’est pas la mort et que si une élection est perdue aujourd’hui elle pourra être gagnée demain, nous serons sauvés. Il ne faut pas lutter pour un candidat, pas même pour la notion très abstraite de Démocratie, mais pour celle beaucoup plus simple et concrète d’alternance. C’est elle qui permet de lutter contre la corruption, de réveiller les dirigeants assoupis, de susciter la créativité des opposants. L’alternance c’est la clé de notre avenir, pour les jeunes qui soutiennent Ouattara comme de ceux qui soutiennent Gbagbo.

  3. Merci d’apprécier.
    Et non, je ne l’ai pas oublié, je préfère ne pas m’attarder dessus parce que la question n’est pas ethnique, et nous ne devrions pas en faire un levier pour sortir de cette crise, sinon nous risquons d’accentuer une fracture sociale déjà amorcée…

  4. Je suis totalement d’accord avec toi Thess, il est grand temps que nous acceptions les défaites comme les victoires. Je m’étais dit à la veille des élections, que ce serait l’occasion de non seulement repartir sur le chemin de la prospérité, mais surtout, de créer une Vraie opposition, qui ferait avancer les choses en dénonçant clairement les abus du pouvoir en place, peu importe celui qui serait passé.

  5. Une tres bonne analyse en effet et il faut dire que la caummunauté internationale devrait prendre en compte les différents aspects de cette crise post électorale avant de prendre des decisions.
    Ces decisions qu’elles soient économiques ou militaires frappenet forcement les deux camps alors pronons plus le dialogue entre les deux paties car seul le dialogue est une arme assez forte pour arriver a bout de cette situation.
    Comme tu le dit si bien personne ne laissera son ami gouverner car il pense avoir raison. Quelque soit celui qui a le dessus, son pouvoir sera t – il de tout repos?? NON je dira. Alors si on ne veux pas de gachi ACCEPTONS JUSTE LA VOIE DU DIALOGUE.
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s